•   Après la Safrane, ce mois-ci Auto-Moto consacre son dossier spécial à l'écurie Des Peugeot et à sa 307 :

    Ah, ce regard félin et cristallin...

      J'étais donc récemment en train de nourrir ma passion pour le design des joints de culasse à la librairie des Arts Décoratifs quand je suis tombée sur un rayonnage entier de patrons dp studio, coquin de sort.
    Car dp studio, après avoir sorti une méthode de modélisme en 3 volumes testée ici, édite depuis 2016 des collections de patrons de couture, enfin,
    de Couture. Parmi la cinquantaine de modèles édités à cette heure, j'avais deux-trois prétendants pour le jour où j'aurais des sous à dépenser, parmi lesquels la jupe-culotte 307 et son accessoire de buste étaient en pole position. Coup de bol dis-donc, on était payday+2. Vous avez donc gagné une place sur le siège passager pour une revue exhaustive, et on comptera les camemberts à l'arrivée (sinon vous pouvez suivre Caius Pupus et me rejoindre en photo à la fin de cette épreuve une fois traversées les 12 pages d'explications).


    Pour une poignée de cylindres

      L'objet présente bien, sous forme d'un épais coffret format A5. Il contient 2 planches de patron, les explications en français et en anglais sur de grandes feuilles format A3 (2 feuilles pour la version A puis 2 feuilles pour la version B), une carte postale. Le coffret, identique pour tous les modèles, comprend le tableau de taille, tandis que le dessin du modèle se trouve sur le bandeau circulaire avec sa description, les fournitures et les matières conseillées.

      Quelques remarques sur le patron

    - les marges de couture d'1cm sont incluses, et quand elles diffèrent des crans indiquent systématiquement leur valeur, ce que j'ai beaucoup apprécié (pas besoin de se référer sans arrêt aux instructions).
    - le choix a été fait de répartir les pièces sur 2 planches plutôt que de les superposer, deuxième très bon point (#teamdécoupage).
    - par contre la gradation n'est pas très régulière (et ce même en prenant en compte un barème de gradation non uniforme entre les tailles 36 à 48). Ça se joue à quelques millimètres à chaque fois donc sans incidence sur l'allure du produit fini, mais par exemple l'arrondi des dessus et dessous de poche diffère pour une même taille.
    - j'ai trouvé que la différence des tracés entre les tailles ressortait peu, d'autant que les tailles ne sont pas rappelées sur les pièces de patron.
    - le fond choisi pour indiquer la présence de thermocollant sur la braguette est peu visible à l'impression. Il n'est pas mentionné pour les ouvertures de poche du devant et du dos, et ce n'est qu'en lisant les explications qu'on s'aperçoit qu'il fallait en couper.
    - un peu plus problématique, la nomenclature n'est pas présente sur toutes les pièces (parfois à côté, parfois absente). Comme la liste des pièces n'est présente nulle part, on est obligé de se référer au schéma de coupe et aux explications pour savoir à quoi correspond la pièce et en combien d'exemplaires la couper. Et quand la cartouche de nomenclature est présente je l'ai trouvée moyennement lisible donc j'ai réécrit le nom de toutes les pièces et dans quoi les découper en gros partout. J'estime que ce qui doit me sauter en premier aux yeux quand une pièce de patron me passe sous le nez c'est le nom de cette pièce puis ce dans quoi elle doit être coupée, pas le nom du créateur (on pourra reparler quand ma mémoire flanchera au point de ne plus me souvenir de qui je couds le modèle).

      Quelques remarques sur le dessin technique

    Pour une poignée de cylindres

      Comme je suis friande du jeu des 7 différences, j'ai repéré plusieurs incohérences sur le dessin technique :
    - le sens de croisement des devants a été inversé entre vue devant et vue de dos sur les versions A et B,
    - le croisement des bretelles a été inversé sur la version B
    - l'extrémité libre des bretelles est orientée en dessous sur la vue de face de la version B
    - les boutons de poches dos annoncés dans les fournitures n'apparaissent pas.
    - le bouton de ceinture devant n'apparaît pas.

    - la découpe du plastron sur la version A ne se voit pas (on dirait qu'elle est rentrée dans le pantalon, ce qui n'est pas le cas sur le modèle porté par le mannequin)
    - le plastron de la version A est sensé comporter 4 boutons visibles selon les pièces de patron (mais bien 2 selon la liste de fournitures)

    - la hauteur de l'échancrure côté et devant des plastrons des versions A et B est identique, alors que sur les pièces de patron leur niveau par rapport à la poitrine est sensé différer de 5-6cm.
    - par contre la largeur de l'échancrure côté diffère entre les version A et B alors qu'elle est identique sur les pièces de patron.

    Pour une poignée de cylindres
    Plastron A / Plastron B

      J'aime beaucoup ce type de dessin technique fidèle à la réalité, c'est donc dommage qu'il ne soit pas abouti (ça peut paraître excessif, mais ça m'aurait réellement aidée à choisir le type de plastron en toute connaissance de cause). D'ailleurs, s'il m'est permis une dernière remarque dans le cas où il serait destiné à donner une idée fidèle du vêtement fini, il est déséquilibré : les proportions laissent penser que l'ourlet des jambes arrive au niveau des chevilles, alors qu'il s'arrête en réalité à mi-mollet. Je suis un peu chiante mais j'insiste : je préfère les dessins techniques qui assument ne pas être des gravures de mode aux guibolles démesurées.

    Pour une poignée de cylindresPour une poignée de cylindres

      Bref, j'ai eu l'impression de commencer la séance en repassant derrière le stagiaire mais au moins j'avais l'ensemble des pièces en tête.

      La coupe des différentes pièces

      J'ai ensuite découpé les pièces de la jupr en tissu/doublure/thermo en taille 42 (borne supérieure de la fourchette de tailles qui correspondent à mes mensurations, puisque je n'avais pas fait de toile), et la version B du plastron en taille 40, occasion de relever un lot d'incohérences supplémentaire :
    - les plans de coupes présents sur la planche de patron et sur les explications sont différents, celui présent sur le patron étant visiblement antérieur (tissu pas au pli).
    - la liste des tissus proposés est un peu vague, mais le facteur limitant (accessoire pas trop épais) est rappelé, bon point.

    - sur le plan de coupe, les pièces [10 - Dessous de fond de poche dos] et [9 - Dessus de fond de poche dos] ont une forme différente de leur forme réelle.
    - il y a une coquillette : nous n'avons pas besoin de 2,4cm de tissu mais bien de 2,4m en 145cm de large. Dans le récapitulatif des fournitures des instructions, il est par contre indiqué un métrage de 1,4m.... De même pour la doublure.
    - la ceinture dos n'est pas mentionnée dans les pièces à thermocoller sur le récapitulatif de la pochette, le sous-pont non plus (et comme cela n'est pas indiqué sur sa pièce de patron non plus c'est la petite surprise en cours de montage). Le métrage de thermocollant nécessaire n'est pas indiqué.
    - il serait judicieux de préciser si le droit-fil est requis sous forme de ruban ou sous forme plus large.
    - dans la liste des fournitures des instructions, la mise en page fait que le point 5 ne correspond à rien. Il ne sera question à aucun moment des instructions des deux boutons demandés pour les poches dos, qui ne figurent d'ailleurs pas sur le dessin technique.

    - puisque les instructions sont présentées en intégralité sur deux feuilles pour chacune des versions, il aurait été pertinent de limiter la liste des fournitures au nécessaire pour chacune.

      Le tissu choisi est un genre de velours de laine extensible acheté le jour de la fermeture de De Gilles. Je le réservais pour une potentielle robe ajustée, mais c'était le seul tissu du stock compatible avec ce modèle. Je l'ai employé en me disant que si finalement je n'aimais pas le résultat il y aurait toujours moyen de retailler quelque chose dans les larges pans des jambes. Il inaugure ma période lilas-pourpre (ça fait un an que je nidifie la boite à couture avec des bobines de couleurs qui me font envie, et les variantes de mauve-rose thé-aubergine sont surreprésentées)

      J'ai thermocollé avec de la Vlieseline H410, un entoilage assez léger avec un droit-fil incorporé qui est notamment recommandé pour de la laine, mais j'ai fini par le reposer directement au fer à la vapeur et sans pattemouille car il ne tenait pas suffisamment en suivant les indications de Freudenberg (une bien belle entreprise, qui le saviez-vous, fabrique également des joints élastomères pour le secteur automobile ;-) ). J'en suis très contente, il a apporté aux points sensibles la juste quantité de maintien nécessaire en conservant la souplesse du tissu.

    Le montage

      Le style des explications est à la japonaise, style dans lequel j'aime le mélange de vue globale et de détails sur un même plan mais qui peut vite tourner au gloubi-boulga si l'enchaînement et la nature des étapes n'est pas visuellement évidente. Et j'ai trouvé que la visualisation était là encore entravée par des incohérences de tracés. Quelques exemples :

    Pour une poignée de cylindres

    Les coutures déjà piquées et celles virtuelles sont symbolisées par le même pointillé rouge.
    On ne sait pas ce que sont sensées représenter les taches grises à l'entrée de poche.

    Pour une poignée de cylindres

    Votre diagnostic ?

    Pour une poignée de cylindres

    Le code couleur "bord en rouge" a été choisi pour symboliser le surjet. Il a ici été omis sur les parties horizontales.

    Pour une poignée de cylindres

     Il y a parfois un schéma pour retranscrire en coupe le type de couture auquel on aboutit, bonne idée en principe... sauf si le dessin est incomplet (ici on aurait une surpiqure de poche invisible sur l'endroit, ce qui contredit les explications écrites).

      Notons qu'il n'est jamais question de poser le ruban droit-fil mentionné dans la liste des fournitures.

      Déjà passablement agacée par l'interprétabilité hasardeuse des instructions, c''est à l'étape de la braguette que j'ai arrêté de chercher à construire le rapport direct entre mes pièces de tissu/les repères présents dessus/les instructions (la forme/longueur/valeur de couture des pièces sur les explications ne concordent pas avec leur forme réelle et l'emplacement du repère de bas de braguette, et il ne vaut mieux pas plier les devants selon les milieux selon les repères donnés si on ne veut pas se retrouver avec une braguette apparente), et me suis consacrée à l'instinct à la formation de la braguette en considérant uniquement mes pièces et ç'a été beaucoup mieux. Les marges de couture sont un peu décalées au début de la fourche mais on a sauvé les meubles.
    J'ai tout de même bien aimé le fait qu'on se limite au nombre minimal d'étapes de couture.

      Quand soudain à la page suivante... (c'est mon moment préféré) :

    Pour une poignée de cylindres

    ...surgit hors de la nuit la pièce 17/16 : la propreté de poche dos.

      Il est question d'assembler une propreté de poche dos, sauf que de propreté de poche dos sur le patron il n'y avait point. J'ai donc fait sans. Au passage, je ne comprenais pas la raison d'être d'une propreté cousue au fond de poche si celui est déjà en tissu et non en doublure, je me demande donc s'il ne s'agit pas d'un copier-coller d'explications d'un autre patron, car les dimensions des fonds de poche coïncident parfaitement sans cette propreté. Cela donne l'impression que les instructions ont été rédigées la tête dans le guidon.

    Pour une poignée de cylindres

    Mon état aux alentours de la page 7/12.

    Pour une poignée de cylindres

    Re-au passage, encore une dissonance entre les explication imagées et la réalité sur la largeur des poches dos.

      Après on assemble la fourche et on passe manifestement à la vitesse supérieure dans les instructions :

    Pour une poignée de cylindres

    Pour une poignée de cylindres

      Pause pipi à la page 9 où le montage de la ceinture s'avère compréhensible. Mais à la page 10 :

    Pour une poignée de cylindres

    Ivre, le studio continua à dessiner vaille que vaille

      Tâchons d'interpréter les intentions du studio quant au nombre réel de boutons fermant la ceinture :
    - 0 selon le dessin technique
    - 1 selon la liste des fournitures et les instruction écrites -> option choisie
    - 2 selon le dessin des instructions
    - 3 selon la police

      Encore une remarque mais bon, quitte à fournir du travail gratuit autant le faire consciencieusement : sur le dessin 17 des instructions de la version A, le devant "droit" est en fait le gauche et vice-versa. Sur le dessin 18, deux boutonnières sont représentées sur la bretelle-gauche-qui-est-en-fait-la-droite alors qu'il n'y en a qu'une sur le dessin précédent. Le tout est proprement ininterprétable.
      Sur la version B, j'ai réalisé les 6 boutonnières sur le pan droit, mais le DT contredit encore les instructions en n'y faisant figurer que 3 boutonnières.

      Puis faute de carburant, les instructions s'arrêtent à l'assemblage des morceaux de bretelle. On ne vous dira pas de ni comment fixer les attaches. Le DT et le modèle cousu en présentation ne permettent pas d'en avoir une idée certaine, mais un repère est indiqué sur la pièce de patron bretelle dos. J'ai préféré fixer les miennes sur les bretelles devant, trouvant le résultat plus esthétique. J'ai thermocollé le plastron droit, ce que je recommanderais notamment pour stabiliser les boutonnières.

    Pour une poignée de cylindres

    Ils sont quand même bien longs ces morceaux de bretelle...

      Le résultat

    Pour une poignée de cylindres

       Les jambes tombent joliment de part et d'autre de l'enfourchure. La taille est bien placée, le 42 était pile ce qui convenait. J'aurais pu ajuster un peu le niveau de l'ourlet (il remonte sur les côtés). Côté confort, le poids du tissu et la ceinture fine en position taille haute donnent tout de même une impression de compression abdominale, supportable. Les poches dos s'ouvrent légèrement sous l'effet du poids du tissu mais je vais attendre un peu avant de voir si un bouton est nécessaire. Le confort est également présent à la marche, puisque le tissu ne s'enroule pas autour des jambes.

    Pour une poignée de cylindres

      Plutôt dubitative quant à la capacité du plastron à rester dans sa position, j'ai été assez agréablement surprise : l'enveloppement du buste et la tenue sont satisfaisants. Cela donne un petit côté SF qui n'est pas pour me déplaire. J'ai mis sur le "gilet" des boutons un peu plus petits que ceux recommandés. Après avoir testé différents degrés de serrage des bretelles, je n'ai pas d'avis tranché sur la meilleure option.

    Pour une poignée de cylindres

      Quand je regarde les photos dont j'ai pourtant sélectionné ici les plus clémentes, je me sens malencontreusement coincée sur la branche phylogénétique qui sépare l'hippopotame parturiente du Mont-Dore et hésite à appeler les pompiers pour m'en déloger. Monsieur semble partager cette diagnose ;-)

    Pour une poignée de cylindres

    Merci Marie !

      Impression d'ensemble

      En résumé, les patrons dp studio offrent un degré de complexité bienvenu à la couturière qui en a sous la pédale et regarderait passer les sorties de patrons à l'unité avec l'enthousiasme du bovidé guettant le train de 17h08. Cette complexité demande une vigilance accrue dans l'exactitude des pièces/instructions, sous peine d'entraîner davantage de confusion. Faute d'une relecture soignée (et peut-être d'un test sur les utilisateurs finaux ?), les instructions du patron objet de cet article s'avèrent hélas receler contradiction sur contradiction, ce qui, même avec un niveau de couture avancé, n'est guère plaisant. Je me retrouve donc avec une impression très mitigée : un vêtement que je trouve réussi grâce à un patronnage de grande qualité, et un ensemble prometteur s'il s'agissait d'un travail d'étudiant et non d'un objet payé plein pot. Je regrette donc quelque peu les 19 euros placés dans cette transaction commerciale, et ne compte pas réinvestir de sitôt dans un patron de cette marque tant que les instructions ne seront pas à la hauteur du prix.


    23 commentaires
  •   Préambule : Depuis la nuit des temps, ou du moins depuis que je suis en âge de faire valoir mon avis dans la cité, les ballerines, les strings et les jeans slim font partie de ces choses "que je ne comprendrai jamais". Mais ayant passé les 6 derniers mois sans un seul pantalon mettable, j'étais mûre pour déclarer ouverte la saison de la chasse à l'enfourchure ad hoc. Mes chakras étaient tellement ouverts que j'étais même prête à considérer le slim comme une option valable. Bande-annonce :

    1ère étape : choisir le patron

      Le jean slim Safran de Deer & Doe s'est rapidement imposé : présence de nombreux articles d'accompagnement sur le site de la marque, abondance de versions réalisées par les couturières, et facteur décisif, au moment son achat j'avais déjà mis deux autres patrons d'une autre marque dans le panier virtuel qui me faisaient sentir saaaale, alors je me suis dit que si j'ajoutais un Safran, le rebondissant du saut qualitatif de ce panier n'aurait d'égal que celui de mon futur futal.

    2ème étape : choisir le tissu

      Grâce à cet article, j'ai su que le Flexdenim brut de 1083 (coton bio cultivé en Tanzanie, tissé et traité en France) convenait pour ce projet avec son élasticité de 20 à 30% (taux d'élasthanne : 1,4%, poids : 318g/m2). Il est assez épais, ce qui lui confère une élasticité que je qualifierais de tonique. J'ai donc attendu le 28 septembre, fin de mon année de jeûne tissu, pour commander le coupon nécessaire. Comme il fallait obligatoirement en commander un métrage entier, je n'ai écouté que ma témérité et mon pouvoir d'achat et n'ai pas délogé le chiffre 1 de sa case de métrage.
    Heureusement, le coupon a son arrivée faisait 1,1m de long et la générosité de 1083 a été saluée par une petite danse de la gratitude. Après lavage, il n'avait perdu qu'1cm malgré les 4 à 5% de retrait annoncés, ce qui m'a engagée à choisir la taille la plus haute de l'entre deux où je me situais. Après lavage, l'élasticité constatée est d'au moins 25%.

    3ème étape : trouver des culs ressemblant au mien porteurs de Safran

      Cette étape se déroule sur l'internet. Pour avoir une idée de mon cul si vous ne le connaissez pas encore mieux que moi, je vous met des photos dans le seul jean slim que j'aie jamais possédé et que je portais aux alentours de mes 15 ans :
    Sur les Docs

    Ceci n'est pas un Safran

      Nous voyons donc des cuisses et des hanches bien développées, des fesses pas particulièrement rebondies et un peu tombantes, un quadriceps respectable et un genou protrusif.

      Les heureux gagnants appartiennent à : Marionne et des bananes, Fifi brin de fil, Apolivia, Les Lubies de Louise, et puis sur Instagram je suis tombée sur d'autres clichés de #monculike et de ce qui lui pendait aux lunes : le fil de sarah , titepoyette, aureliebricole. J'en profite pour remercier celles qui prennent des photos à hauteur de hanches et en gros plan : vous êtes l'avenir de la couture.

    4ème étape : estimer les ajustements nécessaires

      ...Avant de couper directement le tissu, parce que sur ce coup j'ai préféré manger la poussière et ramasser mes dents plutôt que devoir en plus acheter un coupon d'élasticité adéquate pour faire une toile. Prudence de Sioux requise, donc.
    Je rappelle la topographie :
    TH (niveau du plancher des moules correspondant au repère d'ajustement "hanches basses" du patron, qui est aussi mon point le plus fort, ça tombe bien) = 101
    TH (+9cm - correspondant au repère d'ajustement "hanches hautes" du patron) = 99
    TT (+26-28cm - correspondant à la ceinture du patron) = 80
    TT (+30cm - taille naturelle) = 73 (le matin...)
    Après passage en revue du tableau des mensurations et des mesures du produit fini, j'ai opté pour couper un 42 partout, légèrement rétréci au niveau des hanches hautes, légèrement augmenté sous les hanches basses. J'ai augmenté l'enfourchure au niveau de la jonction dos-devant d'1cm en tout majoritairement répartie sur le dos. J'ai abaissé la fourche dos de 0,5cm et l'ai un peu creusée. Et par la force des choses : 1,5cm retiré au bas de la version A (la version longue).

    5ème étape : la couture

      J'ai d'abord assemblé les poches devant, puis bâti les jambes et l'enfourchure avant un premier essayage sans appareil photo sous la main.

    A corriger : légère moustache à l'avant, pli assez important sous les fesses, milieu dos qui baille un peu. Globalement la zone de boudinage maximale se situe sur la partie inférieure des cuisses et donne la sensation que le pantalon est aspiré vers le bas, les mollets sont également comprimés ce qui est gênant en position assise. Mes rotules tirent le côté du pantalon vers le milieu de façon très visible.

    Nouvelles modifications :
    - creusement de la fourche dos accentué
    - creusement de la fourche devant diminué

    - 1,5cm retiré en largeur au milieu dos
    - 1,5cm de diamètre redonné au bas des cuisses, principalement sur la couture médiale
    - 1 cm redonnés aux mollets, principalement sur la couture latérale
    - les deux ajustement précédents permettent de réduire les fronces dues à la rotule saillante.

      J'ai ensuite cousu la braguette, puis porté mon pantalon une soirée pour être sûre que je pouvais faire la couture définitive et assembler la ceinture. Mauvais calcul, puisque ce faisant j'ai détendu le tissu autour du ventre... Je m'en suis rendu compte le lendemain en m'apercevant que ma ceinture était trop courte de 3cm, j'ai donc à la fois diminué les marges de couture de celle-ci de 2cm et résorbé le reste de l'embu au fer et lors de la couture de la ceinture.

    6ème étape : l'évaluation

      Le résultat ne ressemble pas tout à fait à un slim, mais je pense que c'est celui qui convient le mieux à ce tissu, que je trouve trop tonique pour un modèle avec aisance négative. Après 2 jours de port, en comparant les mesures de mon pantalon fini à celles du patron, je constate d'ailleurs que mes ajustements ont conduit à supprimer toute l'aisance négative au niveau des hanches et des cuisses. La taille se trouve même un peu plus large (82cm :-) ), ce dont je ne me plains pas car plus courte elle deviendrait inconfortable en position assise.

    Sur les Docs

    Sur les Docs

      Pour la longueur ça va, mais il ne faudrait pas moins, j'ai eu chaud. Les passants de ceinture étaient superflus dans ce cas, donc j'en ai cousu un en guise de languette interne pour satisfaire au fameux geste du remontage de slim. D'ailleurs je pense le supprimer ou le changer de place pour en mettre du chaque côté du dos.

    Sur les Docs

     

    Sur les Docs

    Sur les Docs

    Sur les Docs

       Mon pantalon est confortable, mais le dos se met très vite à ne ressembler à rien dès qu'il redescend un peu, donc je pense que je le porterai surtout au boulot sous une blouse. En comparaison, le slim marron essayé plus haut, qui m'allait comme un gant quand je faisais 10kg de moins, reste aujourd'hui confortable et esthétique au niveau des hanches et des jambes. D'où :

    ***** AVIS DE RECHERCHE *****

      Je serais prête à remettre Safran sur le tapis si je trouvais l'équivalent de ce tissu marron :  parcouru de veines longitudinales, au moins 30% d'élasticité, poids autour de 300g/m2. Si jamais vous en apercevez, quelle que soit sa couleur, soyez sympa, faites m'en part !

    Sur les Docs

    Épilogue 

      Pour clore cet épisode automnal de Deer & Doe, j'ai téléchargé le Plantain parce que #sitaspastonplantaintesuncacaboudin et ai fait une toile portable avec un jersey de viscose gris fer du père Noël Rose (from Thuluse), tout fin et tout fuyant, en taille 40.

    Sur les Docs

       Je voulais voir ce que donnait l'emmanchure pour savoir quelle piste explorer pour me sortir du pli à l'aisselle de Briac, Plantain ayant une entournure devant moins creusée et une tête de manche plus plate.

    Sur les Docs

      J'en ai profité pour faire un test de desserrage de vis de canette pour améliorer le rendu des doubles surpiqures qui boudinent et qui tirent, avec peu de résultat : on voit bien l'effet (ici sur un morceau de jersey à sweat) sur l'envers, mais les fils du dessus sont encore plus tendus à l'étirement, donc j'en suis toujours au même point. Allonger le point a toutefois apporté une petite amélioration.

    Safranée
    Tension normale / Vis de canette desserrée d'un demi tour

      À bientôt pour la suite de mes aventures fourchues !


    25 commentaires
  •   Cette année, la mère Noël était de passage chez Brin de cousette pour le petit soulier de soeur n°2. La boutique étant bien achalandée en patrons pochette, j'ai pu me mettre dans la peau de la débutante en couture et faire mon petit marché. Et ma foi, en croisant les critères de prix pas excessif/explications en français/explications détaillées/dessin technique à la hauteur, on ne se retrouvait pas avec trente six mille candidats au panier. Ça s'est donc terminé avec une Bruyère de Deer & Doe (c'était la peau d'une débutante ambitieuse ;-) ), et in extremis une Carme de Pauline Alice grâce au bon génie qui m'accompagnait. Car Carme est un modèle super stylé voitu, tellement que j'en avais pompé les découpes liquette sur un autre projet, mais j'étais convaincue qu'il y avait un truc qui clochait au niveau des entournures, outre le problème des pinces poitrine trop hautes.
    Ça la tracassait un peu la mère Noël, d'offrir un truc qui ne se révèle peut-être pas à la hauteur des espérances. Alors ben... j'ai ouvert le paquet cadeau et décalqué le patron dans ma taille pour creuser un peu ces premières impressions. Voici donc l'exposé des modifications entreprises pour l'adapter à mon cas, sachant que dans le tas certaines conviendront probablement à d'autres personnes, et d'autres me sont plus particulières.

    La toile : en 39 pour la poitrine/taille (NB : mon TP correspond présentement à un 38), doucement agrandie au 40 pour les hanches (l'encolure devant a accidentellement été trop échancrée).

    Le dialogue des Carme

      Alors, que voit-on ? Le fameux pli à l'aisselle d'abord. Ensuite une longueur d'épaule trop juste qui tire la tête de manche vers le haut ainsi que le haut de l'épaule dos. Cela plisse également aux aisselles au dos.

    L'ajustement : en respectant l'absence de pince épaule dos et l'ampleur de la pince poitrine.

    - Abaissement de la pince poitrine de 3 cm.
    - Allongement de l'épaule de 1,5cm sur le côté.
    - Augmentation de la pente de l'épaule devant, de manière à augmenter la circonférence de l'encolure, et à diminuer celle de l'entournure devant.
    - Remontée de 0,75cm du côté des entournures (les côtés de la blouse remontent beaucoup à la levée de bras).
      -> Ces trois mesures contribuent à créer un embu d'1,5cm sur la tête de manche.
    - L'emmanchure légèrement remontée et élargie en bas n'affecte pas la longueur totale de l'emmanchure.
    - Augmentation de la carrure dos de 0,5cm (elles sont souvent trop justes sur moi).
    - Par goût personnel, augmentation d'1cm sur tout le tour du plastron, et milieu de l'encolure devant abaissée d'1cm. Et augmentation de la longueur du buste et des manches de 2cm environ.

    Les tracés : En noir : le patron avec marges initial et avec lignes de couture à 1.5cm vers l'intérieur
                      En fuschia : les nouvelles lignes de couture au premier essayage
                      En rose : les lignes de couture finalement choisies.

    Le dialogue des Carme

    Le dialogue des Carme

    Le dialogue des Carme

    Le dialogue des Carme

    Le résultat : en sergé fin coton/soie qui présente une souplesse adéquate au modèle.

    Le dialogue des Carme

     Et bientôt, le portrait de la seule neuneu qui n'a pas lu comment plier le plastron...

    Le dialogue des Carme

    Introducing Hedera de Sanderson en coloris perle. Charmant n'est-ce pas ?

    1er constat : la blouse est maintenant portable col fermé.

    Le dialogue des Carme

    Le dialogue des Carme
    Toujours aussi chouette, ce rammasse-miette Lagerfeld.

    Le dialogue des Carme

      Par contre les emmanchures, aïe aïe aïe ma chérie, ça pourrait tomber plus joliment. C'est comme si la tête de manche était trop déportée vers l'arrière, et elle me serre encore un peu la tête humérale. J'assume le tort parce que j'ai bidouillé l'entournure, mais va falloir remédier à ça si on remet le couvert.

      Et deux photos col ouvert :

    Le dialogue des Carme

    Le dialogue des Carme

    Dernières remarques : j'aurais pu augmenter légèrement le volume de la pince poitrine et l'ourlet est perfectible. J'ai légèrement élargi le bas des découpes liquette, et les manches reboulées tenant bien d'elles-mêmes, je n'ai pas ajouté l'attache prévue.
    Mis à part le léger inconfort du tirant subsistant au niveau de la ligne épaule-encolure devant ainsi qu'au niveau de la carrure dos, je me sens bien à l'intérieur.

      A toi de jouer, Marie, et n'oublie pas de faire une toile d'abord !


    20 commentaires
  •   S'il était encore besoin d'une preuve que les planning couture et moi ne sommes pas fait pour nous entendre, alors qu'on parlait d'un caban la dernière fois, c'est un t-shirt long qui sort le bout de son nez. Comme disait Forest Gump, la couture, c'est comme un petit bois, on ne sait jamais sur quel champignon on va tomber.

      Bref, je suis tombée sur un coin à Briac, alors j'y reste tant qu'il y a ramasser. La topographie de ce coin, c'est quelque part (plus vers Fontaine-Raoul qu'à Saint-Briac-sur-mer à mon avis). Garons la bagnole sur le bas-côté et allons-y les jonquilles.

    Enhance your pattern

    Enhance your pattern

    T-shirt Garons, Somewhere

      Appâtée par ce fumet de col drapé, j'ai voulu le reproduire dans le laboratoire pour le greffer sur un Briac à encolure V dégagée / manches longues / hanches longues / en taille 40-42 hanches (le jersey dépassant cette fois l'élasticité minimale requise de 40%), et il me semble y être parvenue. Le tissu utilisé étant moins fin et mollasse que le coton/cachemire sur les photos, le tomber du col obtenu est un peu plus cassant. Mon encolure est un poil moins large, parce qu'à part avec la fée Photoshop, je ne voyais pas bien comment obtenir cette absence de pli sur la vue de dos du modèle.

    Enhance your pattern

    Enhance your pattern

    Illustration avec le rectangle simplement replié et épinglé

      Recette employée : Pour une encolure totale de 70cm (mesurée à 7mm du bord du patron qui est marges comprises), découper un rectangle de 72cm sur 36cm. Rogner 3,5cm aux coins sur les petits bords et 4cm au milieu des grands bords. Le plier en deux sur l'envers le long du grand axe et épingler les deux épaisseurs bord à bord. Passer un fil de fronce le long des petits bords et froncer le tissu de manière à passer de 18cm à 12cm environ.

    Enhance your pattern

    Enhance your pattern

    Puis, après avoir entaillé verticalement le centre du V du T-shirt sur 5mm, épingler la bande d'encolure en commençant par un petit bord, sans tendre le tissu, poursuivre par le grand bord d'abord sans tendre la bande, puis en la tendant à 10% environ jusqu'à la couture d'épaule, puis en la tendant à 20% environ le long de l'encolure dos. Enfin, épingler l'autre petit bord sur l'autre bord du V d'encolure. Assembler avec une piqûre double (comme pour les ourlets).

    Enhance your pattern

      Résultat devant une porte de cuisine dans son jus - comme mes cheveux. Quelle luminosité... ça change du terrier du Hobbit !

    Enhance your pattern

    Enhance your pattern 

    Introducing le coussin en macramé que Yolande a abandonné en pliant bagage

      Le col est satisafaisant devant, mais si j'avais su que ce n'étais pas la peine de tirer autant lors de la pose du dos, ben j'aurais moins tiré car on voit toujours les vaguelettes d'excès de tissu une fois porté. Autre point désagréable : les surpiqûres doublures qui ne se détendent pas assez parce que le fil de canette reste trop tendu même avec la tension des fils supérieurs au max. Résultat : après un court temps de port, les doubles surpiqures boudinent (on voit bien le relief sur les photos) et une couture poignet commence même à vouloir suivre Yolande. Pour info j'ai utilisé du fil polyester passé dans des aiguilles twin-stretch espacées de 4mm, du fil mousse dans la canette, la longueur du point sur le T-shirt cousu est de 2,5mm. Si la seule solution c'est de désserrer la tension de la vis de la canette, ben pfff....

    Enhance your pattern

    Aucun problème pour la carrure dos...

    Enhance your pattern

    ...mais devant ça tire un peu.

    Enhance your pattern

    **********

      Revenons à nos cabans. Malgré un beau modèle proposé par Burda ce mois-ci, j'ai l'esprit plus occupé à tripatouiller des plans de cuisine sur Illustrator qu'à fignoler des concordances de tartans. Donc c'est pas dit qu'il y ait transformation cet automne. Par contre, entrant en zone de turbulence économique, je déclare solennellement ouverte l'année sans achat de tissu. C'est un défi unipersonnel à responsabilité limitée qui court jusqu'au 27 septembre 2017, et qui consiste à ne pas acheter le plus petit centimètre de tissu neuf. Les legs, donations et autres avantages en nature sont acceptés, comme l'est la récupération de tissu sur des habits de seconde main.

    **********

    Enhance your pattern

    La vignette à collectionner ce mois-ci : la pose pin-up.


    27 commentaires
  •   Chers tous, aujourd'hui au menu, encore de la porte de cuisine, puisqu'on n'est finalement pas partis en vacances (mais nos banquiers, clairement, si), toujours dans l'attente de certain recommandé avec avis de réception (si vous aussi vous trouvez que votre banque abuse/a abusé avec les délais d'émission d'offre même en prenant en compte le contexte tendu, et que l'assurance de groupe, c'est limite du nazisme, partagez vos histoires croustillantes dans les commentaires, je me sentirai moins seule).

      Donc puisque c'est comme ça, moi aussi j'ai décidé de pas en foutre une rame en cousant un tisheurte mou et en bâclant les photos. Mais d'abord, un petit intermède évasion et cocotiers, avec en guest Tom Cruise qui roule des pelles à s'en creuser une tombe dans le sable chaud :

      Je vous emmène à... Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine), avec le récemment paru Coudre le stretch aux éditions La Plage par notre Marie Poiscaille nationale. Déjà, qu'il me soit permis d'exprimer ma gratitude envers ce titre qui respecte les règles élémentaires de l'énonciation (si vous aussi z'en avez marre de tous ces gens qui s'adressent à vous en employant la première personne au lieu de la deuxième ou de l'infinitif, faites moi un petit coucou dans les commentaires, je me sentirai moins seule).

      J'avais envie d'un T-shirt basique mais pas informe, boulot-compatible, c-à-d supportant sans broncher la transpiration et autres fluides corporels animaux (ou moins fluides, merci à nos amis les fécalomes pour l'enrichissement du milieu), et ai donc choisi le Briac à encolure ronde élargie, manches courtes et longueur moyenne (je suis sûre que l'auteure se sentira honorée :-D ).

    Vacances à la plage avec Marie Poisson


      Le livre donne les critères pour évaluer son tissu et les conseils pour l'employer au mieux. Il s'agit ici d'un jersey acheté sous haute surveillance le jour de la fermeture de De Gilles. Il est assez fin et dispose tout juste des 40% d'élasticité minimum requises pour ce modèle. Enfin élasticité est un bien grand mot, dans son cas extensibilité serait plus juste. Monsieur avait eu le droit à son maillot de corps pour étrenner le coupon, j'ai donc pu voir comment se comportait le tissu.

    Vacances à la plage avec Marie Poisson

     
      Le choix de la taille du futur ouvrage fut passé au tamis de plusieurs guides. Déjà l'essayage du maillot de monsieur. Ensuite, la consultation du tableau de mensurations, selon lequel je fais une taille 40-42.
    Et enfin comme le livre le recommande, puisque pour chaque taille sont indiquées les mesures principales du vêtement fini, j'ai également jaugé mon T-shirt préféré. Cependant, ce T-shirt étant fait d'un tissu beaucoup plus élastique, j'en ai déduit qu'il allait falloir que je prenne au moins 2 tailles au dessus. C'est donc un 44 qui a été reporté et découpé. Les planches sont simples d'emploi : un coup de fluo pour distinguer la bonne taille, une première découpe de la pièce globale, puis une deuxième après avoir reporté l'encolure ronde élargie.

      Le tissu fut découpé avec la prudence du Sioux, vu qu'il en restait juste assez et que le jersey "tournait" déjà (les côtes n'avaient pas envie d'être bien parallèles au bord du tissu).

    Vacances à la plage avec Marie Poisson

    Les photos peuvent donner l'impression que les hanches sont justes : il n'en est rien.

      J'ai apprécié que la première partie du livre donne un éventail de techniques adaptées aux différents tissus et modèles. Ainsi, sur mon jersey peu extensible, j'ai choisi de tester l'encolure en faux passepoil, c'est-à-dire que le bord du parement est simplement laissé à cru sur une largeur d'1cm, et s'enroule ainsi spontanément sur lui-même.

    Vacances à la plage avec Marie Poisson

      N'ayant pas envie de commander sur internet, j'ai acheté une bobine de fil mousse bleu chez Reine (sinon c'était rouge ou blanc) pour le dessous des doubles surpiqûres. D'ailleurs pour avoir une chance de croiser un vendeur souriant là-bas, allez-y c'est le moment, des petits jeunes y bossent pour l'été.

      Passons au bilan : le seul point négatif est la carrure devant qui est trop juste, soyez prévenu que ça vous pend au nez si votre tissu peine à atteindre les 40% d'élasticité requise. Heureusement après deux jours de port, la carrure s'est suffisamment distendue pour que je n'y prête plus guère attention.

    Vacances à la plage avec Marie Poisson

    ça tire !

    Vacances à la plage avec Marie Poisson

    Le pli aux aisselles post-lever de bras avant tirage du bas

    Sinon c'est un bon T-shirt mou, qui s'accorde à merveille avec mon short burda fétiche.

      Quant au livre, c'est exactement le genre d'ouvrage que j'attendais pour me mettre sereinement à la couture de la maille. Bien organisé, d'un style d'écriture agréable, suffisamment exhaustif, avec différents modèles qui permettent de se coudre des hauts basiques tout comme d'étoffer sa technique. Si je cherchais la petite bête, je dirais que quelques photos n'auraient pas été pour me déplaire, et que certains schémas auraient mérité d'être agrandis. Qu'il reçoive donc sa cocarde "recommandé par le vicomte de boisjoly".

      Quittons-nous avec Scott Walker, qui en 1973 nous apprenait à chanter le Stretch :


    30 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique